Joli texte à partager : Le Simple Art de Bénir

paix-sur-terre Le Simple Art de Bénir

Aujourd’hui je vous propose un texte magnifique de Pierre Pradervand qui m’a été transmis par Marcelle (merci à toi) :

Au réveil, bénissez votre journée, car elle déborde déjà d’une abondance de biens que vos bénédictions font apparaître. Car bénir signifie reconnaître le bien infini qui fait partie intégrante de la trame même de l’univers. Il n’attend qu’un signe de nous pour se manifester.

En croisant les gens dans la rue, dans le bus, sur votre lieu de travail, bénissez-les tous. La paix de votre bénédiction sera la compagne de leur chemin, et l’aura de son discret parfum une lumière sur leur route. Bénissez ceux que vous rencontrez dans leur santé, dans leur travail, leur joie, leur relation au divin, à eux-mêmes et aux autres. Bénissez-les dans leur abondance et dans leurs finances. (suite…)

Continuer la lecture Joli texte à partager : Le Simple Art de Bénir

Stop ! Le temps est trop précieux pour le dépenser entièrement dans son travail…

Family design

Aujourd’hui pour la fête du travail je vous propose un texte qui devrait vous faire réfléchir sur votre vie et sur ce que vous faites de votre temps si précieux… A lire et à partager :

D’une voix timide et d’un regard admiratif, le petit garçon accueillit son père à son retour de travail :

“Papa, combien gagnes-tu de l’heure?”

Le père fut surpris, mais jeta un regard sévère à son fils et dit :

“Ecoute mon fils, même ta mère ne le sait pas. Laisse-moi maintenant, je suis fatigué.”

“Mais Papa, dis-le moi s’il-te-plaît! Combien gagnes-tu en une heure?” insista le garçon.

Le père finalement lâcha prise et répondit : “20 dollars de l’heure”

“D’accord Papa ! Peux-tu me prêter dix dollars ?” demanda le garçon.

Montrant ouvertement son agacement et son désir de ne plus être dérangé, le père cria:

“C’est donc ça la raison pour laquelle tu voulais savoir combien je gagne? Va au lit et ne me dérange plus !”

L’obscurité est tombée quand le père repensa à ce qu’il avait dit à son fils et se sentit coupable. Il s’est dit que peut-être son fils avait besoin d’acheter quelque chose. Finalement, pour se tranquilliser, il alla dans la chambre de son fils.

“Tu dors, fils?” demanda le père.

“Non Papa, pourquoi ?” répondit le fils, à moitié endormi. (suite…)

Continuer la lecture Stop ! Le temps est trop précieux pour le dépenser entièrement dans son travail…